THIS IS OUR SPORT. WELCOME

PASSION PARTAGÉE

Nous suivre, c’est découvrir un peloton d’informations sur les principales épreuves du cyclisme de compétition. Calendriers, étapes, classements, anecdotes. Des émotions sur deux roues.

08/07/2014

ETAPE 4 – LE TOUQUET – LILLE : KITTEL N’A PAS PERDU LE NORD

Vu dans:

Aujourd’hui le Tour de France retrouvait le continent après trois jours merveilleux en Angleterre. C’est entre Le Touquet-Paris-Plage et Lille que se disputait la quatrième étape, relativement courte (164 km). Sans difficulté particulière elle devait comme la veille privilégier les hommes rapides, avec une arrivée en léger faux plat descendant. Andy Schleck (Trek) victime d’une chute hier était forfait.

FROOME ET MOLLEMA CHUTENT

Comme hier un duo, composé de Voeckler (Eur) et Mate (Cof),  désirait avoir les coudées franches pour s’évader d’un peloton toutefois moins conciliant . Cette attaque à résonnance sympathique prenait quand même forme. Après 5 km du départ Froome (Sky) chutait bêtement en compagnie de  Mollema (Bel). Souffrant du poignet il réintégrait néanmoins la course. La côte de la Campagnette figurait au titre du prix de la montagne  (4ème cat) au km 34. L’unique point revenait à Mate qui ne pouvait que favoriser son coéquipier Lemoine détenteur du maillot à pois.

MATE CREVE …

Le peloton loin d’être démobilisé laissait l’écart d’abord osciller aux alentours  des trois minutes trente avant de le faire redescendre à deux minutes, à 87 km de l’arrivée. Lors du passage au mont Kassel (km 92) Voeckler s’appropriait le bénéfice du sprint intérmédiaire. Niveau poursuivants c’est  Sagan avec l’aide de Marcato (Can) qui s’imposait face à Coquard (Eur). Sur ces entrefaites le peloton,  dans la descente, sous l’effet  des Cannondale principalement, se brisait en deux, prenant sérieusement en chasse les échappés. A 55 km les deux fuyards faisaient de la résistance mais d’une part l’écart fondait à trente secondes et d’autre part Mate crevait.

… ET VOECKLER ECLATE 

L’espagnol absorbé, restait seul en tête Voeckler, lequel relançait pour reprendre ses distances. Le Français, contre vents et marées, côtoyait en tête le mont Noir (4ème cat) au km 117,5 , laissant dans l’affaire beaucoup d’énergie. Alors que le peloton se reformait Voeckler baroudait  en tête avec 1′ 30 d’avance à 40 km de la banderole. A une trentaine de km trois Loto se retrouvaient à terre dans un rond point, dont Henderson (abandon), amenuisant les chances de l’ Allemand Greipel. La fatigue amoindrissait les capacités du coureur d’Europcar et la jonction s’effectuait logiquement à  moins de 17 km du final.  Les  les équipes de sprinter filaient toutes voiles dehors.

KITTEL PUISSANCE 3 ET DEMARRE 3ème

On se dirigeait tout droit vers un sprint somptueux. A leur habitude les Giant-Shimano ont mis en route à trois km des abords du stade Pierre Mauroy au milieu d’un peloton très nerveux. Le norvégien Kristoff (Kat) a cru longtemps à la victoire mais c’était sans compter avec l’inévitable Kittel. Celui-ci  faisait encore l’éclatante preuve qu’il était bien le plus rapide et le plus habile de tous. Au prix d’un bel effort Demare (Fdj) quant à lui complétait le podium se propulsant devant Sagan et Coquard .

Nibali (Ast) gardait son maillot jaune.

Capture d’écran 2014-07-08 à 18.40.38