THIS IS OUR SPORT. WELCOME

PASSION PARTAGÉE

Nous suivre, c’est découvrir un peloton d’informations sur les principales épreuves du cyclisme de compétition. Calendriers, étapes, classements, anecdotes. Des émotions sur deux roues.

25/07/2014

ETAPE 19 – MAUBOURGUET – BERGERAC : NAVARDAUSKAS SAISIT SA CHANCE

Vu dans:

Cent soixante quatre coureurs pour en finir avec la grande boucle. Cette étape Maubourget – Bergerac (208,5 km) s’annonçait pour les baroudeurs et sprinters comme l’une des dernières opportunités pour briller et si possible glaner la victoire.

 

Première échappée

Comme à l’accoutumée les coureurs nous offraient la sempiternelle échappée dès l’entame avec un groupe de cinq unités comprenant Gautier (Eur), Elmiger (Iam), Slagter (Gar), Gérard (Bse) et l’ Estonien Taaramae (Cof). L’écart oscillait aux alentours des trois minutes pour se stabiliser  à 2’30 au km 130, sous l’effet d’un peloton sous contrôle des Astana et Cannondale. Le sprint intermédiaire de Tonneins, à 78 km de Bergerac, n’était pas disputé et à titre anecdotique Emilger coupait la ligne devant Taaramae. Niveau peloton les hommes rapides restaient également bien au chaud, sur la réserve. A cinquante km de l’arrivée les cinq fugueurs retroussaient les manches et communiaient ensemble dans le but de repousser le plus tard possible le retour du peloton.

 

Slagter avalé

Les poursuivants connaissaient un regain de tension  et déployaient de louables efforts pour faire la jonction, ceci sous une pluie très cinglante. L’écart plombé jusque là à 2′ commençait sensiblement à décroître à une quarantaine de km de la banderole. Huit km plus loin le hollandais Slagter s’éclipsait et partait seul à l’aventure. Quant à ses quatre autres compères de fuite ils étaient absorbés par le paquet à une vingtaine de km du but. Le coureur de Garmin-Sharp franchissait en tête  la côte de Monbazillac (4ème cat) à 13 km avant d’être littéralement avalé d’abord par Navardauskas (Gar) puis par un peloton dépenaillé mais frénétique. Le peloton s’évertuait à faire la liaison mais Navardauskas comptait 24 secondes à 6 km. La victoire demeurait dans ses cordes d’autant que les poursuivants n’arrivaient pas vraiment à s’organiser.

 

Navardauskas  opportuniste

Avec un gros savoir faire Navardauskas persistait dans son effort. En proie à une immense joie il remportait cette étape, avec quelque secondes d’avance sur un peloton très amaigri consécutivement à une chute dans les trois derniers km dont notamment Sagan (Can) prétendant à la victoire, mais encore Bardet et Peraud (Ag2r).

Degenkolb (Gia) s’emparait de la deuxième place coiffant Kristoff (Kat) et Renshaw (Oqs).

Aucun changement pour les premiers du général.

FIN_STD_IMG-b